Théâtre et plus...
  Devenez membre du Lamartine   Le 18-01-2018 21:03 
Menu rapide

Menu Principal

· Nouvelles
  · Archives
· Articles de presse
· Galerie Photo
· Liens Webs
· Sondages
· Contact et Réservation

Connexion

Pseudo

Mot de Passe

Mot de Passe perdu?

Pas encore Membre?
Inscrivez-vous!


2005 : Le voyage des boulistes
dddd
Ecrire et mettre en scène les boulistes...

D’abord pour l’attrait de la terre inconnue... Un drôle de voyage qui commence au moment où le texte n’existe même pas encore. On a juste décidé de partir ensemble. Alors on est monté dans un train pour le moins insolite. Sans assurance ni destination.Y aura-t’il seulement des rails tout du long..? Au dernier moment bien sûr certains ont eu peur et sont restés sur le quai. Personne ne leur en voudra. On fera certainement une soirée diapos au retour....

Puisqu’il faut choisir une direction autant prendre le Sud, non ? On y trouvera du soleil, des cigales sous une treille... Et tout de suite l’envie de faire chanter les mots. A partir de là l’évasion se parera de mots d’oc plein les phrases. Naturellement on imagine un bistrot avec un rideau à perles à l’entrée, une boulangerie à l’ancienne, une fontaine aux lavandières... et l’incontournable terrain de pétanque. Ça y est, nous sommes à Saint Triphon de Mistralou. Quelque part entre le Lubéron et le rêve de ce spectacle.

Mais qu’est-ce qu’on fait là ? Qu’est-ce que ce village a de plus que toutes les cartes postales avoisinantes ? Approchons-nous un peu. Faisons naître les personnages, les villageois et les autres, écrivons leur bonhommie, leur sensualité, leur truculence, leurs petites manies et leur grand secret...Voilà, c’est ça : il y aura un secret. Oui mais attention, pas n’importe lequel, non, là ça sera le secret absolu, ultime, quasi-définitif, le genre de secret capable de changer la destinée de toute une collectivité... Voire de la planète... Ça frémit.

La trame est là, brute de coffre. Il faut maintenant que la fable s’affine, murisse, dégorge ses invraisemblances pour monter en puissance. Après les premières lectures commencent les allers-retours entre le texte et la scène, entre les critiques des comédiens et la tranquille solitude des mots. Il y a à réécrire encore et encore, démonter, nuancer, remonter, réessayer, changer la couleur, affirmer le style pour garder le cap. Les versions se succèdent, la création est collective, la destination se dévoile et le voyage continue...

Aujourd’hui, à mi-janvier 2005, le terrain en friche des Boulistes est un texte original que je me réjouis déjà de retoucher ci et là. Il est donc à lire comme on découvre un chantier ouvert. Tous les rôles sont pourvus et nous sommes en train de terminer une première traversée des scènes pour fixer les espaces, les déplacements et dégrossir les profils des personnages. Le travail d’écriture s’ajuste en fonction de ce qui se crée sur scène lors des répétitions. Les mots sont en bouche, les intentions de jeu deviennent plus précises, musiques, danses et vidéos viennent compléter le panorama. Une mécanique aux mille rouages est en place. Elle se dégrippe joliment. C’est dans cette dynamique riche et déstabilisante que nous allons continuer notre parcours initiatique à la conquête du grand secret de Saint Triphon de Mistralou. Nous vous donnons rendez-vous au mois de mai pour juger sur pièce.


Stéphane Michaud,
auteur et metteur en scène

Posté le 16/1/2005 12:39:53 (1249 lectures)
 

Liens relatifs
· Lire plus dans le sujet 2005
Format imprimable  Envoyer cette nouvelle à un ami



Powered by Capria & Associates
© 2002 Capria