Théâtre et plus...
  Devenez membre du Lamartine   Le 23-07-2018 00:39 
Menu rapide

Menu Principal

· Nouvelles
  · Archives
· Articles de presse
· Galerie Photo
· Liens Webs
· Sondages
· Contact et Réservation

Connexion

Pseudo

Mot de Passe

Mot de Passe perdu?

Pas encore Membre?
Inscrivez-vous!


2010 : Les mots et les maux du metteur en scène
Selon un principe fortement inséré dans la troupe Lamartine, il est coutume de choisir un texte en fonction des comédiens désirant participer à une pièce.

Quand on se trouve avec neuf femmes (et oui!), le pari est risqué…

Et voilà ! Le tour est joué ! En voiture Simone !
Et …

Une pièce policière ! Un leitmotiv au Lamartine !

Qui dit pièce policière me renvoie à l’époque des pièces radiophoniques du lundi soir : Duretal, Picoche, Galabert, etc… la musique jazzy, l’humour et le suspense !!!

Et les romans policiers ! Un univers !

Adolescent, j’avais dévoré Jean Bruce, James Yardley Chase, Carter Brown, Agatha Christie. A l’époque, cet univers se conjuguait avant tout au masculin : OSS 117, Lemmy Caution, Steve Coplan, etc… Les rôles de femme servaient avant tout à montrer le pouvoir de séduction du héros principal . Elles devaient évidemment tomber dans les bras du héros, et surtout si elles étaient l’incarnation de la traîtrise.
« Huit femmes » est l’occasion rêvée de se replonger dans l’ambiance des années de sa création et de vous emporter dans l’Histoire …

Comment, à l’occasion d’une joyeuse fête de Noël, les membres d’une famille vont se donner à voir sous leur véritable caractère. Derrière la féminité, le sex-appeal, la jeunesse, la vieillesse, vont se révéler jalousie, rancœur, cupidité, et pousser chacune d’elles au plus profond de ses travers... pour commettre l’irréparable.

Jean-Marc Hohl

Posté le 6/10/2010 17:33:46 (1012 lectures)
 

Liens relatifs
· Lire plus dans le sujet 2010
Format imprimable  Envoyer cette nouvelle à un ami



Powered by Capria & Associates
© 2002 Capria