Les mots et les maux du metteur en scène

Date 6/10/2010 17:33:46
Sujet : 2010


Selon un principe fortement inséré dans la troupe Lamartine, il est coutume de choisir un texte en fonction des comédiens désirant participer à une pièce.

Quand on se trouve avec neuf femmes (et oui!), le pari est risqué…

Et voilà ! Le tour est joué ! En voiture Simone !
Et …

Une pièce policière ! Un leitmotiv au Lamartine !

Qui dit pièce policière me renvoie à l’époque des pièces radiophoniques du lundi soir : Duretal, Picoche, Galabert, etc… la musique jazzy, l’humour et le suspense !!!

Et les romans policiers ! Un univers !

Adolescent, j’avais dévoré Jean Bruce, James Yardley Chase, Carter Brown, Agatha Christie. A l’époque, cet univers se conjuguait avant tout au masculin : OSS 117, Lemmy Caution, Steve Coplan, etc… Les rôles de femme servaient avant tout à montrer le pouvoir de séduction du héros principal . Elles devaient évidemment tomber dans les bras du héros, et surtout si elles étaient l’incarnation de la traîtrise.
« Huit femmes » est l’occasion rêvée de se replonger dans l’ambiance des années de sa création et de vous emporter dans l’Histoire …

Comment, à l’occasion d’une joyeuse fête de Noël, les membres d’une famille vont se donner à voir sous leur véritable caractère. Derrière la féminité, le sex-appeal, la jeunesse, la vieillesse, vont se révéler jalousie, rancœur, cupidité, et pousser chacune d’elles au plus profond de ses travers... pour commettre l’irréparable.

Jean-Marc Hohl



Cette nouvelle vient de Lamartine
http://www.lamartine.info/lamartine

L'URL pour la nouvelle est :
http://www.lamartine.info/lamartine/article.php?storyid=80