Le mot du Metteur...

Date 30/5/2017 14:19:41
Sujet : 2017


Lorsqu’il a fallu se décider, s’engager pour la direction d’un nouveau projet, mon ami Christophe Schriber et moi-même options pour un bon vieux boulevard de ce génial Ray Cooney, nous avions déjà porté Double Mixte sur les planches ici-même en 2008. Comme pour les pièces de Georges Feydeau, celles de Ray Cooney, à l’exception de leur longueur plus raisonnable, sont du pur diamant taillé au millième de millimètre, dont la mise en oeuvre révèle des reflets insoupçonnables à la lecture. Derrière chaque tirade, chaque ponctuation, se profile une finesse d’interprétation qui permet aux comédiens d’aller au bout de personnages complexes avec le plaisir qu’ils vous transmettront ce soir.

Nous constituons l’équipe et nous mettons à l’oeuvre. Comme de coutume, et nous en avons conscience, les débuts du travail se ponctuent de départs et d’abandons, il faut juste savoir rebondir, redistribuer et continuer de travailler. Oui mais voilà, pour la première fois nous nous retrouvons à court de comédiens, malgré le sens de l’engagement que nécessite un tel projet, certains nouveaux arrivés croient la chose facile et perdent rapidement force et courage face à la réalité exigeante de notre beau Lamartine. C’est texte su qu’il faut se présenter au travail, pas question de répéter texte en mains, une tradition chez nous… Après six mois de travail, c’est au tour de Christophe d’annoncer son départ, sans doute las de voir autant de va-et-vient dans l’équipe, avec ce que cela comporte de recommencements et de doutes. On est au point de rupture. Avec les téméraires en place il faut prendre une décision, car seul je ne veux pas porter ce lourd projet, il nous manque au moins trois comédiens pour aller au bout, et nous sommes à la moitié du chemin.

C’est là que la magie de notre troupe commence à opérer: dans la même foulée Isis Meli se propose d’assister à la mise en scène pour alléger le départ de Christophe Schriber, Doria Prieto annonce pouvoir assumer deux rôles et nous optons pour doubler certains personnages afin de sécuriser le projet! Nous décidons ensemble de publier une annonce - une première au Lamartine - à la recherche de comédiens, et de recommencer depuis le début en n'acceptant aucune autre marge. Ainsi soit-il!

Deux semaines plus tard nous voilà récompensés par l’arrivée de trois comédiens sérieux et travailleurs, nous pouvons tout recommencer avec l’espoir de voir ce projet aboutir, enfin!

Compte-tenu du peu de temps qui nous reste, pas question de manquer la moindre répétition, interdits de grippe et de bobos, c’est au sprint que nous devons finir le travail, en adaptant nos agendas au rythme effréné de ce presque-miracle à présent.

Il me fallait vous conter les soubresauts de cette année, car ce que vous allez voir ce soir ne laisse rien transpirer, non seulement vous n’arriverez pas à distinguer celles et ceux dont c’est la première pièce, mais encore moins à sentir l’urgence dans laquelle tous ont travaillé. Alors si vous avez le même plaisir que moi à oublier ce qui vient d’être lu, à faire table rase des bobos du quotidien, et à rire avec joie, c’est que la générosité, la ténacité et la foi ont gagné, comme toujours!

Un grand merci à cette formidable troupe, un grand merci à vous! Bonne soirée.

Andrés Donoso



Cette nouvelle vient de Lamartine
http://www.lamartine.info/lamartine

L'URL pour la nouvelle est :
http://www.lamartine.info/lamartine/article.php?storyid=96